Reading time: 10 min

In the Western world, puberty “normally” happens around the age of 11-12. But that is shifting towards a younger age, and it is rather sad. For an 8 year old for instance,  it means dealing with complicated physical and psychological matters too early, loosing one’s innocence way before it’s time. Why is this happening, and is it a foregone conclusion that our children reach puberty so soon?

If you look for articles that explain why we are facing this change, you will frequently bump into simplistic formulas like “most cases of precocious puberty have no known cause”.  Really?

In August 2014, I published a post called “Early Puberty Epidemic” that was highlighting a link to environmental factors. We live in a toxic world, so toxic that even unborn children have toxins in their bodies.

What are environmental factors? These include everything that surrounds us and that is not natural: in our food, in the air we breathe, in the water we drink, in the clothes we wear, in the cosmetics we put on our bodies, in the fragrances, household paints and scented candles we inhale, in flame retardants in the furniture, etc. This cocktail of chemicals, GMOs, heavy metals, electromagnetic frequencies, antibiotic compounds and hormones, creates havoc in our bodies.‎ ‎How often do we read or hear that “these levels of mobile telephone frequencies/ radiation/ heavy metals/ pesticides/ fill-in-the-blank are within limits that are perfectly safe for humans”? In trying to determine safe levels of any single substance we may be exposed to, regulators and the medical establishment miss the harmful effects of the cumulative exposure we get to all of these toxins in combination over many years.

Our brain has too much information to deal with, things that it doesn’t recognise, things that interfere with its interaction with the rest of the body such as hormone production, cellular detoxification, and the like.

You might wonder why our doctors don’t typically warn us of these things. Firstly, most doctors  are treatings symptoms not causes, and secondly, there is no course about environmental factors (and not even nutrition) at your standard university of medicine. Moreover, a large part of the medical academy, even the curriculum itself, is sponsored in large part by the pharmaceutical industry, which is only interested in promoting their drugs. Sickness and symptoms are a business opportunity ‎for an industry interested in growing its portfolio of blockbuster drugs.

People with conditions that conventional doctors have no solution for often end up seing naturopaths and other alternative therapists. Fibromyalgia, PCOs, endometriosis, IBS, ME, and other conditions are not in patient’s heads, figments of their imaginations. They are real conditions, and even the medical establishment concedes the point. However, we are to believe that early puberty is not a condition, or at least not something with a known cause that requires treatment.

What to do? Here are some common sense guidelines:

  • Stay away from everything advertised on TV. Brands with big advertising budgets cheat with the ingredients, they are doing business with the main goal to make profit, not to help you.
  • Use organic cosmetics, especially shampoos, at least from birth to puberty. Mass market products contain lots of chemicals that are hormone disruptors. See for example the recent scandal involving Johnson&Johnson baby Shampoo (read a NY Times article here and a New York Daily News here). Same for perfumes! And big names don’t mean safety. Take a look at the chart below (by The Environmental Working Group), showing that Chanel, Armani and Calvin Klein  top the list of products that contain heavy loads of bad sunstances.
  • Use natural and/or eco-products to clean the house, dishes and laundry. The super good smell in your laundry softener most likely contains chemicals that are endocrine disruptors.  When you sleep all night long with the face on your pillow, inhaling low-grade poisons all night long, it is not helping the brain or body to detoxify… and we spend roughly a third of our lives in bed! ‎And almost all of our waking and sleeping hours clothed.
  • Avoid processed food – cook your own! That is also valid for the little things you add to your own preparations that you should buy ORGANIC (baking powder, flavouring cubes, salt, etc). Make sure all meat and dairy products you buy are organic, from grass fed animals. Tell  your children not to eat the likes of Mentos and M&Ms candies, Hollywood chewing gums, Danone Greek yogurts as all these contain harmful nanoparticles (not something that manufacturers are yet obliged to mention on the packaging). The potential health threat from this supposedly wondrous new technology is very real. Read more about nanoparticles here.
  • When it comes to clothes, furniture and objects for the house, buy less and buy better quality (read more here). If you are restoring your home, think about using non-VOC paints, natural materials and carpets.
  • Make sure you limit your child’s exposure to EMFs (Electromagnetic frequencies). It is crucial that they sleep the right amount of time (10 to 11 hours a night before they are 12 years old), in a clean environment: no electronics, television, cells phones in bedrooms, wifi off in the house at night. Pollution comes in many forms, not just the chemical variety! Read more here.
  • Filter your water if you drink from the tap, and vary your water supply (there is no ideal solution so a good idea is to use 1/3 osmosis filtered – re-energised water, 1/3 carbon filtered water and 1/3 bottled spring water). Your city might claim their tap water is the best (bacteria-free), it is likely nevertheless to contains residues of a whole rainbow of chemical substances including traces of birth control pills and antibiotics. Trace amounts all add up over years in that chemical cocktail that you’re best avoiding.

A few years ago, Carmen Cimino, mother of 3 girls, took her youngest daughter to a kinesiologist to see if it was possible to slow down a puberty process that was clearly starting. “At 7, it was way too early. The most important has been to eliminate skin care, hair and body products. For Giulia they were one of the main culprits, especially  shampoos like Pantene”.

Nutrition wise, Carmen’s daughter was given a list of supplements including vitamins and antioxidants. She stopped eating red meat and all soy-based products. She started eating mostly organic products. An intense sports practice also helped, as it prevented any tendency toward beoming overweight – the more overweight a child the faster periods are likely to come, a correlation that has been well documented.

“Giulia is now 12 and thankfully nothing has happened yet. Kinesiology, nutrition and sport (loads of tennis in Giulia’s case) really made a huge difference. It is a good idea to look at a low-oestrogen diet (see a precious video by Dr Axe here) which will tell you what to avoid and what to maximise to rid the body of excess amounts of oestrogen”.

An encouraging case study of a family that was able to re-establish a more “normal” cycle in spite of environmental factors that risk speeding things up. Isn’t it time we all slowed down?

Click here to find a Systematic Kinesiology practitioner in the UK and worldwide.

toxic perfume ranking

VERSION FRANCAISE

Dans le monde occidental, l’âge “normal” de la puberté se situe vers 11-12 ans, mais de plus en plus d’enfants sont confrontés à une puberté précoce, vers 7-8 ans. Pour un enfant si jeune, cela signifie se retrouver face à des questions physiques et psychologiques complexes bien trop tôt, et perdre l’insouciance et l’innocence de l’enfance avant l’heure. Pourquoi nos enfants atteignent-ils la puberté si tôt, et est-ce une fatalité?

Si vous cherchez sur internet des informations expliquant cette épidémie, vous trouverez principalement des formules simplistes du genre “la plupart des cas de puberté précoce n’ont pas de cause connue». Vraiment?

En Août 2014, j’ai publié un article sur l’épidémie de puberté précoce (Early Puberty Epidemic), qui mettait en évidence le lien avec les facteurs environnementaux. Nous vivons dans un monde toxique, si toxique que même les enfants à naître et les ours polaires ont des toxines dans leur corps.

Que sont les facteurs environnementaux? Tout ce qui nous entoure et qui n’est pas naturel: dans notre nourriture, dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous buvons, dans les vêtements que nous portons, dans les cosmétiques que nous mettons sur notre corps, dans les parfums, peintures murales et bougies parfumées nous inhalons, dans le traitement des meubles, etc. Ce cocktail de produits chimiques, d’OGM, de métaux lourds, de fréquences électromagnétiques, de résidus d’antibiotiques et d’hormones créée des ravages dans notre corps.

Combien de fois avons-nous lu ou entendu dire que «ce niveaux de fréquences mobiles de téléphone / rayonnement / métaux lourds / pesticides / etc se situent dans les limites qui sont parfaitement sûres pour les humains »? En essayant de déterminer le niveau tolérable pour la santé de chaque substance de façon individuelle, les régulateurs et le corps médical négligent les effets cumulatifs des substances toxiques et l’exposition sur de nombreuses années.

Notre cerveau a trop d’informations à traiter, des substances qu’il ne reconnaît pas, qui interfèrent dans son intéraction avec le reste du corps, telles que la production d’hormones, la détoxification cellulaire, etc.

Vous pourriez vous demander pourquoi votre médecin ne vous informe pas de façon systématique sur ces facteurs et leur dangerosité. Tout d’abord, la plupart des médecins traitent les symptômes et non les causes, et d’autre part, l’université de médecine ne dispense pas de cours sur les facteurs environnementaux (ni meme de cours de nutrition). En outre, une grande partie de la fac de médicine (et son programme d’enseignement) est parrainé/sponsorisé en grande partie par l’industrie pharmaceutique, qui est seulement intéressée par la promotion de ses produits. La maladie est un business juteux pour une industrie intéressée avant tout par la croissance de son portefeuille de médicaments vedettes.

Les personnes atteintes de maladies que les médecins conventionnels ne reconnaissent pas ou ne peuvent pas traiter finissent souvent par se tourner vers les naturopathes et autres thérapeutes alternatives, qui appréhendent le corps dans son ensemble et cherchent à determiner les causes avant toute chose. La fibromyalgie, l’endométriose, le syndrome du colon irritable, la fatigue chronique et d’autres conditions de ce genre ne sont pas dans la tête du patient. Ce sont des conditions réelles, que la medicine conventionnelle commence à accepter comme tells sans vraiment savoir comment répondre. Pour ce qui est de la puberté précoce elle ne semble pas avoir encore été reconnue comme une condition qui nécessite un traitement.

Que faire? Voici quelques lignes directrices, basées sur le bon sens:

  • Restez à l’écart des produits dont on fait la réclame à la télévision. Les marques avec de gros budgets publicitaires investissent moins que les autres dans la valeur intrinsèque de leur produits, ils essaient de gagner de la marge sur les ingrédients afin de faire du profit. Leur but premier n’est pas, contrairement a ce qu’ils essaient de faire croire, d’aider le consommateur.
  • Utilisez des cosmétiques bio, en particulier les shampooings, au moins de la naissance à la puberté. Les produits de grande consommation contiennent beaucoup de produits chimiques, et bon nombre d’entre eux sont des perturbateurs endocriniens. Un exemple parlant est le récent scandale impliquant Johnson & Johnson et les shampoing pour bébé (lire un article du NY Times ici et un New York Daily News ici). Il en va se même pour les parfums! Les grands noms de marques ne signifient aucunement qu’ils sont propres ni bons pour la santé, au contraire. Jetez un oeil à la carte ci-dessous (par The Environmental Working Group), avec des noms comme Chanel, Armani et Calvin Klein en haut de la liste des parfums contenant des produits soupconnés ou reconnus neuro-toxiques.
  • Utilisez des produits ménagers écologiques/naturels. La super bonne odeur dans votre adoucisseur contient probablement une super dose de perturbateurs endocriniens, et vous ne pouvez pas le savoir. Lorsque vous dormez toute la nuit avec le visage collé sur votre oreiller, vous inhalez des mini doses de poison pour votre cerveau, qui ne peut plus faire correctement son travail de protection et de détoxification.
  • Évitez les aliments industriels; faites le maximum vous-même en partant d’ingrédients naturel. Pensez particulièrement aux levures chimiques, bouillon cubes, sel, etc qui, à moins d’être organiques, contiennent des métaux lourds, des exhausseurs de goût, des colorants et conservateurs tous plus mauvais les uns que les autres. Assurez-vous que vos enfants ne mangent pas de bonbons Mentos et M&Ms, de chewing-gums Hollywood, de yaourts grecs Danone qui contiennent des nanoparticules nocives, que les fabricants ne sont pas obligés de mentionner sur l’emballage. La menace potentielle sur la santé de cette nouvelle technologie prétendument merveilleuse est très réel. Cliquez ici pour en savoir plus sur les nanoparticules.
  • Même attitude prudente pour ce qui est des vêtements, meubles, jouets et des objets de déco : achetez moins et achetez une meilleure qualité pour éviter les phthalates et traitements inifuges, etc (lire un post Pirouette à ce sujet ici). Si vous restaurez votre maison, pensez à utiliser des peintures sans COV, et des fibres naturelles pour les revêtements de sol.
  • Assurez-vous de limiter l’exposition de votre enfant aux CEM (fréquences électromagnétiques). Il est crucial qu’ils aient la dose de sommeil appropriée (10 à 11 heures par nuit avant l’âge de 12 ans), dans un environnement propre: pas d’appareils électroniques, de télévision, de téléphones cellules dans les chambres, wifi éteint dans la maison la nuit. La pollution prend de nombreuses formes, et pas seulement la forme chimique! Lire plus sur les CEM ici.
  • Filtrez votre eau si vous buvez de l’eau du robinet, et variez votre alimentation en eau (il ne semble pas y avoir de solution idéale donc une bonne idée est d’utiliser 1/3 d’eau filtrée par osmose et redynamisée, 1/3 d’eau filtrée au carbone (genre Brita) et 1/3 d’eau de source en bouteille de 5 Litres (plus écologique que les bouteilles de 1,5l). Votre ville vous certifie peut-etre que l’eau du robinet est parfaite, il est plus que probable néanmoins qu’elle contienne des résidus de tout un arc en ciel de substances chimiques, y compris des traces de pilules anticontraceptive et d’antibiotiques car les filtres conventionnels ne traitent pas ces élements.

Il y a quelques années, Carmen Cimino, mère de 3 filles, a pris rendez-vous pour sa plus jeune chez un kinésiologue pour voir si il était possible de ralentir un processus de puberté qui commençait a se profiler. “A 7 ans, il était trop tôt. Le principal a été d’éliminer les cosmétiques, surtout les shampoings et les produits pour le corps. Pour Giulia ils étaient l’un des facteurs directement liés à sa condition, en particulier le shampooing Pantène”.

Niveau nutrition, la kinésiologue a conseillé pour Giulia une liste de suppléments incluant des vitamines et antioxydants, recommandé d’arrêter de manger de la viande rouge et tout produit à base de soja. Carmen s’est mise à cuisiner davantage, aà base de produits locaux organiques. Une pratique de sport intense a aussi beaucoup aidé, empêchant Giulia de prendre plus de poids que necessaire – un enfant en surpoids a plus de chance d’avoir ses règles plus rapidement.

“Giulia a maintenant 12 ans et, heureusement elle est encore une enfant. La kinésiologie, la nutrition et le sport (du tennis intensif dans le cas de Giulia) ont vraiment fait une énorme différence. C’est une bonne idée de s’informer sur ce qui constitue un régime faible en œstrogènes. Il faut par exemple éviter la lavande et les oranges, qui contiennent des phyto oestrogènes “.

Voici une étude de cas encourageante, d’une famille qui a été en mesure de rétablir un cycle plus «normal» en dépit des facteurs environnementaux qui accélérent les choses. Et si nous ralentissions tous, pour le bien de nos familles?

Cliquez  ici pour trouver un praticien en “Systematic Kinesiology” au UK et ailleurs.

www.florencerolando.com